Nous avons tous dans notre entourage des gens qui « aiment leur boulot ». Certains ont fait de longues études pour y arriver. D’autres y sont parvenus après plusieurs reconversions ou déceptions professionnelles. Qu’entendent-ils par-là ? Témoignages.

« J’aime la vie que j’ai grâce à mon job »
Mélanie, comédienne : « J’aime la vie que j’ai choisi de vivre grâce à mon travail. Je pense que je ne serais pas heureuse dans un boulot avec chaque jour la même routine. Le travail de comédienne offre des périodes de travail très différentes, avec des gens différents, des rythmes différents, une organisation très flexible…. C’est ce que j’aime, en plus du travail de création, des échanges avec les gens, et malgré l’insécurité que ce travail engendre. »

« Mon boulot me stimule intellectuellement et je me sens utile »
Gwendoline, avocate invoque elle aussi le fait « que les journées ne se ressemblent jamais ». « J’aime ce côté imprévu », poursuit-elle avant de reconnaître qu’elle aime ce métier stimulant intellectuellement et la fait réfléchir. « J’apprécie également mon boulot parce que j’ai l’impression que je suis utile aux gens quand j’arrive à leur trouver des solutions », analyse-t-elle.

« Ce que j’aime c’est le relationnel, m’occuper de vies, et pas de chiffres »
Perrine, éducatrice de jeunes enfants aime son travail pour sa dimension humaine. « Ce qui me plait, c’est le contact, les échanges avec l’équipe et les enfants : quand l’un d’eux parvient à me parler et arrive à se libérer un peu de ses soucis, j’ai réussi ma journée », raconte-elle. La professionnelle, installée à Nantes, apprécie de « s’occuper de vies, et pas de chiffres ». « C’est difficile de savoir exactement les raisons qui font que l’on aime notre travail, mais je crois vraiment que dans mon cas, ce sont avant tout les relations humaines. »

Amour passion ou amour attachement ?
Pour Jean-François Dortier, sociologue et fondateur de la revue Sciences humaines, les raisons d’aimer son travail sont multiples : « Il y a peut-être un point commun aux gens qui aiment leur travail : c’est le côté passion. Certaines personnes sont réellement passionnées, comme on peut l’être pour une personne. Les Workaholics sont même dépendants et se retrouvent, s’ils perdent leur travail, aussi désœuvrés qu’après une rupture. »

Comme en amour, les degrés de passion pour le boulot vont du bas en haut de l’échelle. « On retrouve l’amour-passion dans les métiers dit à vocation comme les médecins ou les chercheurs. Il y a ensuite des gens qui aiment leur travail comme d’un amour-attachement, explique-t-il. Plusieurs choses peuvent nous attirer : l’argent, le statut, les choses intéressantes que l’on fait – qui vont de faire du pain à construire un pylône électrique ou une maison-, les gens que l’on côtoie au travail… »

Lui admet adorer « écrire, rencontrer des chercheurs, échanger avec son équipe ». Les études montrent que 80% des gens ont choisi leur boulot. Chacun a ses raisons de choisir telle ou telle voie et d’aimer ensuite plus ou moins son activité. « L’amour du boulot est lié à la motivation, qui est quelque chose de très individuelle : j’ai rencontré des comptables heureux et si pour moi cela reste un mystère, je crois vraiment que c’est lié à la personnalité », complète le sociologue pour qui « chacun cherche son chat, pas forcément une vocation mais une activité qui lui corresponde, et pas uniquement les rétributions extérieures. »

Pour ne rater aucune actualité en matière de qualité de vie au travail, inscrivez-vous à la newsletter de My Happy Job, parcourez nos hors-séries thématiques  et découvrez notre annuaire du bien-être au travail.

A lire aussi :
Transmettre son savoir-faire, gage de bien-être au boulot
« La motivation, c’est l’énergie qui permet de se lever le matin ! »
L’engagement solidaire au travail, source de bien-être des salariés ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici